Les entreprises de l'ESS

Les associations :

« L'association est une convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun de façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager les bénéfices » (art. 1 loi 1901).

 

Les coopératives :

La coopérative est une entreprise fondée sur le principe de la coopération ayant pour objectif de servir aux mieux les intérêts économiques de ses participants (sociétaires ou adhérents). Elle se distingue de la société commerciale qui établit une distinction entre ses associés et ses clients ou usagers. On trouve les banques coopératives, et les coopératives non financières : coopératives de consommateurs, d'utilisateurs ou d'usagers, les coopératives d'entreprises, les coopératives de salariés (les SCOP) ou de professions libérales et enfin les coopératives regroupant des actifs et des usagers comme les SCIC.
Les coopératives, SA ou SARL se distinguent des autres sociétés car ce sont des sociétés de personnes et non de capitaux répondant donc au principe une personne = une voix. « Une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d'une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement. » (cf ACI Alliance Coopérative Internationale).

 

Les mutuelles :

La mutuelle est un groupement à but non lucratif qui est essentiellement au service de ses membres. Elle se propose de mener, dans l'intérêt des membres et de leur famille, une action de prévoyance et d'entraide et mutualise ainsi les risques de santé ou autres risques de la vie. On distingue les mutuelles de santé, régies par le code de la mutualité et les mutuelles d'assurance. Elles appliquent le principe de solidarité : les cotisations ne sont pas proportionnelles aux revenus ou ne dépendent pas de l'état de santé, du sexe ou de toute autre considération discriminatoire, ce qui n'est pas le cas des assurances privées qui pratiquent, pour la plupart, la sélection des risques.

 

Les fondations d'Economie Sociale et Solidaire :

C'est un groupement de biens affectés irrévocablement et à titre gratuit à la réalisation d'une oeuvre d'intérêt général à caractère durable et non lucratif. Les fondations captent des dons ou donations provenant de personnes privées ou d'entreprises à hauteur de près de 2 milliards d'euros par an, ce qui leur permet d'intervenir dans des domaines variés tels que la santé, l'action sociale, la culture ou la protection de l'environnement. Elles ont pour vocation de soutenir des initiatives, d'accompagner au montage de projets, de favoriser la création d'emplois durables dans l'Economie Sociale et Solidaire. Les actions s'inscrivent dans une démarche de solidarité active contribuant à inscrire durablement l'Economie Sociale et Solidaire sur l'ensemble des territoires. Elles sont regroupées au sein de l'Association des fondations employeur de l'Economie Sociale et Solidaire (ASFONDES) et du pôle européen des fondations d'Economie Sociale et Solidaire (PEFONDES).

 

Les entreprises sociales : 

Leur finalité relèvent de l'intérêt général et elles appliquent les valeurs liées à l'ESS sans en avoir forcément l'un des statuts.

 

L'Economie Sociale et Solidaire, nous la vivons toutes et tous au quotidien mais peut-être que vous l'ignorez ?

Pourtant, vous êtes forcément au contact d'une entreprise de l'Economie Sociale et Solidaire : sociétaire d'une mutuelle d'Economie Sociale et Solidaire (50% des français), adhérent à un club de loisir (sport, culture...), utilisateur de service de crèche, de centre de loisirs, d'aide à domicile...

Souvent précurseurs sur le terrain, et souvent imitées, les entreprises de l'Economie Sociale et Solidaire ont toujours été motrices en terme d'initiatives et d'innovation sociale comme :
  • les caisses de secours mutuel (ancêtre de la sécurité sociale), le tiers payant, les médicaments génériques... par les mutuelles de santé
  • le constat amiable, les garages agréés....par les mutuelles d'assurance
  • les chèques déjeuner  par une coopérative
  • les villages vacances, les centres sociaux, la télé assistance pour les personnes âgées ... par des associations
 
L'Economie Sociale et Solidaire fait preuve de vitalité, et reste en renouvellement permanent. Elle innove également en développant d'autres modes d'organisation d'emplois tels que :
  • les groupements d'employeurs pour le développement associatif (GEDA)
  • favorise les reprises-transmissions d'entreprises via les SCOP  (Sociétés Coopératives et participtives)
  • la création de nouveau statut : les SCIC (Sociétés Coopératives d'Intérêt Collectif)
  • soutient la création d'activités via les Coopératives d'Activités et d'emploi
L'Economie Sociale et Solidaire est solidaire par nature. On y retrouve par conséquent l'insertion par l'activité économique, les finances solidaires, le commerce équitable, ou le développement durable